• Hommage à ma mère et à toutes les mamans du Monde entier.

     

      A ma mère....ce poème de mon enfance gravé à tout jamais dans mon coeur

                                          Comme si cela datait d'hier...

     

    A MA MERE

     

    Lorsque ma sœur et moi, dans les forêts profondes,

     Nous avions déchiré nos pieds sur les cailloux,

     En nous baisant au front, tu nous appelais fous,

     Après avoir maudit nos courses vagabondes.

     Puis, comme un vent d'été confond les fraîches ondes 

     De deux petits ruisseaux sur un lit calme et doux,

     Lorsque tu nous tenais tous deux sur tes genoux,

     Tu mêlais en riant nos chevelures blondes.

     Et pendant bien longtemps, nous restions là blottis,

     Heureux, et tu disais parfois : ô chers petits !

     Un jour vous serez grands, et moi je serai vieille !

     Les jours se sont enfuis, d'un vol mystérieux,

     Mais toujours la jeunesse éclatante et vermeille

     Fleurit dans ton sourire et brille dans tes yeux.

     

    Théodore de Banville

     

     

    Merci de votre passage.

     

     

     

    « Mais pourquoi ?Ne jamais juger.... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 4 Janvier 2012 à 08:29

    Je n'ai jamais appris de Théodore de Banville, mais je découvre là une belle écriture 

    amicalement

    Claude

    2
    Mercredi 4 Janvier 2012 à 12:17

    superbe le texte.

    bisou

    3
    Vanillette Profil de Vanillette
    Jeudi 5 Janvier 2012 à 10:27

    Mes parents sont décédés depuis longtemps. çà été un déchirement. Ma maman en premier et  mon papa a suivi l'année d'après. Merci pour ce poème ! Un petit clin d'oeil pour ne pas les oublier au fond de notre coeur ! Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :